Le gouvernement veut encourager le travail en prison et planche sur la création d’un contrat spécifique pour les détenus. En France, dans les établissements pénitentiaires, ils sont 17 000 à exercer volontairement une activité, payée un peu moins de la moitié du Smic horaire.

Dans un centre pénitentiaire de Grenoble, où sont incarcérées 350 personnes, une expérimentation pour préparer l’après a été mise en place. Des sacs arrivent aux portes de l’établissement. Dedans, des vêtements à trier, à destination de détenus employés par un chantier de réinsertion professionnelle. Tous ont été condamnés de 6 à 12 mois de prison, ou finissent de purger leur peine. Ils sont tous volontaires et sélectionnés. Les vêtements triés seront ensuite récupérés par une association via des conteneurs publics. « Oui, on a fait des bêtises et on est là pour les payer, mais on peut prouver à la justice et à la société qu’on est des personnes facilement réinsérables et qu’on peut se trouver un emploi« , affirme un détenu.

Lire la suite.

Categorie

Comments are closed